De la Confiance

confiance (2)

La confiance est le sentiment de sécurité ou l’assurance qu’a une personne vis-à-vis de quelqu’un ou de quelque chose. De même, il s’agit de la présomption de soi-même et d’une caractéristique qui permet d’entreprendre et/ou de supporter des choses difficiles voire pénibles. En psychologie sociale et en sociologie, la confiance est une hypothèse faite sur le futur comportement d’autrui. Il s’agit d’une conviction selon laquelle une personne serait capable d’agir d’une certaine manière face à une situation donnée. Exemple : « J’ai mal à une dent. Je vais consulter le chirurgien-dentiste car je pense qu’il va pouvoir m’aider».

En ce sens, la confiance peut être renforcée ou affaiblie en fonction des actions de l’autre personne. En reprenant l’exemple, si le chirurgien-dentiste aide et soulage le patient, la confiance sera renforcée ; sinon, la confiance sera trahie et, dans l’avenir voire la prochaine fois, le plus probable est que le patient n’agisse plus de la même façon.

Dans un cabinet dentaire, le chirurgien-dentiste doit inspirer confiance mais doit aussi avoir un minimum de confiance dans cinq domaines :

CONFIANCE EN SOI

En matière médicale, la confiance en soi est toute relative si l’on admet que c’est le malade qui assume, par l’intermédiaire du thérapeute, une large partie des risques. En chirurgie, c’est encore plus net surtout si l’on ajoute un ego surdimensionné à celui qui tient la lame de bistouri.

Rappelons-le, le risque ne doit pas paralyser l’action mais plutôt la guider vers l’issue qui sera à la fois la plus favorable et la moins délétère pour le patient.

En début d’exercice, les jeunes praticiens manquent par définition d’expérience et donc de confiance. Voici quelques conseils pour surmonter le problème :

« Si vous avez confiance en vous-même, vous inspirerez confiance aux autres. »
–  Johann Wolfgang von Goethe.

CONFIANCE EN SES TRAITEMENTS

plan de traitement dentaire

L’exercice quotidien est un challenge permanent où chaque situation clinique est, en soi, un défi. Chaque patient est unique et la qualité des résultats passe par un diagnostic précis et la mise en oeuvre du traitement le plus adapté, de la meilleure manière possible. La confiance du praticien doit se baser sur des traitements fiables, non iatrogènes, durables et efficaces, s’il veut obtenir des résultats cliniques prédictibles et reproductibles.

L’autocritique lucide et la formation continue permettent une amélioration permanente des résultats obtenus.

« Le trop de confiance attire le danger ».
–  Pierre Corneille

CONFIANCE EN SON EQUIPE

confiance (1)

La pratique de la chirurgie dentaire moderne ne peut guère s’envisager sans l’aide d’au moins une assistante dentaire. Cette collaboration, pour être efficace, est très complexe à mettre en place et cette complexité augmente avec le nombre de personnes qui composent l’équipe soignante.

La qualité de la collaboration dépend de la définition précise des protocoles, de l’adaptation, de l’anticipation, de l’évaluation, de la réciprocité, du dialogue et de l’amélioration permanente au cours du temps.

« La confiance est un élément majeur : sans elle, aucun projet n’aboutit ».
–  Eric Tabarly.

CONFIANCE EN SES PATIENTS

patient énervé

Avez-vous confiance en vos patients? La question peut surprendre puisqu’on s’attend généralement à la question inverse. Mais si l’on considère d’une part la grande variabilité des profils psychologiques et d’autre part l’augmentation de la sinistralité, le praticien peut avoir des raisons légitimes de s’inquiéter face aux comportements de plus en plus exigeants des patients.

Des compétences en psychologie peuvent aider à repérer les profils psycho-émotionnels à risque, et la maîtrise d’une communication verbale, non verbale, une attitude calme, positive et emphatique doit permettre de lisser les comportements de ces patients, même dans les situations les plus délicates.

« On ne doit pas accorder sa confiance à quelqu’un qui ne sourit jamais. »
–  Henry de Montherlant

LA CONFIANCE EN L’AVENIR

valls-et-touraine-a-la-pitie-11368864gtiyq_1713
Touraine et Valls font pitié à la Salpétrière

Début avril 2015, le premier ministre de la République Française, accompagné de pas moins de sept ministres a lancé un grand plan d’incitation à l’investissement pour les entreprises. Car les politiques savent eux aussi que sans confiance, il n’y aura pas de reprise économique. Et lorsqu’ils parlent de confiance, il parlent de confiance en l’avenir.

Malheureusement, ces gesticulations tragi-comiques, essentiellement dirigées vers les grandes entreprises, ne concernent pas les TPE et l’artisanat. Elles visent à dissiper une insécurité économique que ces acteurs politiques ont eux-mêmes largement contribué à installer en modifiant de façon incessante les cadres réglementaires et fiscaux.

Et quelques jours plus tard, la scandaleuse loi santé a été votée dans des conditions tout aussi incompréhensibles. Nous avons déjà discuté dans de précédents articles de l’avenir de l’odontologie et de l’exercice libéral de la médecine, mais au vu des éléments que nous venons d’avancer, il y a fort à craindre que le fossé grandissant entre les paroles politiques et les actes ne permettent ni d’embaucher, ni d’investir et encore moins de ramener la confiance tant espérée.

« La confiance se gagne par gouttes, et elle se perd par litres ».

Jean-Paul Sartre

CONCLUSION

La confiance suppose une suspension, du moins temporaire, de l’incertitude par rapport aux actions des autres. Lorsqu’un individu a confiance en l’autre, il est certain de pouvoir prédire ses actions et ses comportements. La confiance rend donc les relations sociales et professionnelles plus simples. Cultivons-la.

(Visited 245 times, 1 visits today)

3 commentaires sur “De la Confiance”

  1. Alice

    Merci d’avoir partagé cette vidéo très intéressante, qu’on pourrait finalement résumer par « La confiance, pour l’avoir il faut la feindre ».
    Le problème c’est quand la confiance (la vraie) conditionne l’épanouissement…

    Répondre
    • thedentalist

      Salut Alice!
      Oui, cette vidéo est assez étonnante mais tellement utile. On pense à tort que c’est le charisme qui donne confiance en soi alors que c’est l’inverse : c’est la confiance en soi qui donne le charisme.
      Mais que veux-tu dire quand tu écris « la confiance (la vraie) conditionne l’épanouissement… »? Et en quoi est-ce un problème?
      Peux-tu préciser ta pensée?
      Je suis en tous cas râvi de te revoir sur le site!

      Répondre
  2. Alice

    Ce que je voulais dire c’est que le manque de confiance peut avoir des conséquences assez désagréables au quotidien pour ceux qui débutent. Autant pour soi que pour les patients qui ne seront pas rassurés de voir un praticien peu sûr de lui sur un geste technique…

    Répondre

Réagissez à l'article

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>