Comment Gérer Un Réflexe Nauséeux?

Nausea_2239866b

Situation stressante par excellence, le réflexe nauséeux est un cauchemar aussi bien pour le praticien que pour le patient lui même. Heureusement, le réflexe nauséeux est très rarement insurmontable surtout si l’on connait quelques petites astuces techniques.

COMPRENDRE ET EXPLIQUER

Le réflexe nauséeux est relativement simple à comprendre : les stimulations intra-buccales qui l’activent sont interprétées par le cerveau comme une obstructions des voies aériennes supérieures et digestives. L’organisme comprend que « quelque chose empêche la respiration et l’alimentation, il faut l’expulser! » et provoque le réflexe.

Le réflexe nauséeux est ensuite entretenu par le stress et la crainte psychologique que constituent ce genre de situation de « menace » pour l’organisme.

En conséquence, l’attitude du praticien doit :

  1. Expliquer, rassurer, et détendre le patient. L’attitude et l’expérience du praticien ont un effet positif sur le réflexe.
  2. Favoriser la ventilation : le patient est entrainé à inspirer et expirer profondément pendant toutes les manoeuvres de soins ou bien à adopter une respiration rapide (halètement) et continue.

L’ASTUCE « DU CHINOIS »

Une très ancienne légende raconte qu’un point d’acupuncture serait capable de supprimer le réflexe nauséeux. C’est vrai et ça marche! Ce point se situe :

  • au fond de la fossette du menton,
  • à une profondeur de 3mm,
  • sur la ligne médiane qui passe entre les racines incisives centrales mandibulaires.
Acupuncture réflexe nauséeux
réflexe nauséeux
L’utilisation d’une aiguille d’anesthésie après avoir décontaminé la peau du patient s’avère très efficace.

ASTUCES EN PLUS

  • Ne pas trop pencher le patient en arrière sur le fauteuil.
  • Privilégier les empreintes sectorielles en mordu mais en respectant leurs indications.
  • Prescrire des anxiolytiques et/ou des antiémétiques (Vogalène®, Primpéran®) pour les cas les plus difficiles.
  • Appliquer un anesthésique (Xylocaïne gel à 5%) sur les zones gachettes notamment au palais.

 Lectures conseillées : 

  • Le réflexe nauséeux en prothèse. C Bertrand & O Hüe. Les Cahiers de Prothèse n°117 Mars 2002.
  • Making an impression of a maxillary edentulous patient with a gag reflex by press in caves. Ren X. Journal of Prosthetic Dentistry 1997; 78(5).
(Visited 3 772 times, 1 visits today)

20 commentaires sur “Comment Gérer Un Réflexe Nauséeux?”

  1. Alice

    Merci pour ces astuces très utiles pour la gestion de ces cas pas toujours évidents. J’ai remarqué également que le réflexe nauséeux est plus prononcé le matin.
    Pour ce qui est des empreintes de fixée maxillaires, j’ai eu une fois recours à l’utilisation d’un porte-empreinte mandibulaire et cela avait bien fonctionné.
    Bien cordialement

    Répondre
    • thedentalist

      Le réflexe nauséeux serait-il atténué, pour un même patient, le soir par rapport au matin? Possible. J’y ferai attention à l’avenir. En tous cas, merci Alice pour cette piste intéressante.

      Répondre
  2. Dr Bennani Mohieddine

    On peut utiliser le porte empreinte du bas pour le haut ou ne pas trop remplir le porte empreinte par le matériau

    Répondre
    • thedentalist

      Absolument! Tous ces moyens sont bons et la gestion de ce type de problème nécessite souvent de les associer car il n’y a malheureusement pas de technique miracle.
      Merci pour votre commentaire.

      Répondre
  3. MasterCone

    Bonjour,

    Ah ce fameux point d’acupuncture ! On m’en avait parlé il fut un temps à la fac (en même temps que le monstre du Loch Ness, sans doute) mais jamais vu. Je le pensais plus haut que sur la photo, au niveau du pli labio-mentonnier. Serait-il possible d’avoir une photo ou un schéma de face afin de mieux le situer ? Cela est-il vraiment si efficace ou est-ce plus un moyen de détourner l’attention du patient ?

    Répondre
    • thedentalist

      Salut Mastercone,
      Ta remarque est très bonne. J’ai pris cette photo pendant une empreinte sur un patient ayant un réflexe nauséeux assez fort, en me disant que ça me servirait un jour pour écrire un post sur le sujet. En faisant quelques recherches, je me suis effectivement rendu compte que le point était en réalité un peu plus haut comme tu le fais remarquer. J’ai trouvé une illustration visible en cliquant ici.
      Quoi qu’il en soit, j’utilise cette technique aussi souvent que nécessaire et à chaque fois, elle m’a tiré d’affaire. Mais ta question est bonne : est-ce l’association avec les conseils de respiration, la recherche de la détente su patient qui fait que ça marche? Ou bien est un détournement de l’attention, voir un placebo? Lorsque je l’utilise, je ne rentre pas dans de grandes explications : je dis juste au patient que je vais faire un point d’acupuncture et c’est tout. Il m’est même arrivé de ne pas prévenir le patient du tout, et ça a marché! J’aurais eu tendance à être sceptique comme toi au départ mais mon expérience personnelle m’a toujours prouvé le contraire.
      N’hésite pas à essayer et surtout à nous dire si ça a marché.
      A bientôt.

      Répondre
      • MasterCone

        Ah, merci ! J’ai googlé la chose mais je n’ai rien trouvé de mon côté (j’aurais du approfondir in english, of course).
        Dès que j’ai pu mettre ça en oeuvre, je reviens pour un feedback

        Répondre
  4. isidore

    heee!! très bonne idée d’avoir parlé de ça!! très bon « truc », le fin du fin: un peu d’anesthésiant local topex 5 minutes avant d’enfoncer l’aiguille dans l’ombre entre la lèvre et le menton . point d’anat de PCEM1: le ligament de la houpe!
    bravo et a bientôt !!

    Répondre
    • thedentalist

      Merci Isidore pour cette petite précision, indispensable évidemment!
      Heureux que l’article t’ai plu! A bientôt.

      Répondre
  5. rene

    la meme chose avec l’ongle, en acupression fonctionne aussi bien
    et quand le reflexe nauséeux se declanche en cours d’empreinte, difficile de sortir l’aiguille, tenir le PE, calmer le patient etc etc

    l’ongle on l’a toujours au bout du doigt :)))

    Répondre
    • thedentalist

      Tout à fait exact Rene. Il m’arrive parfois de le faire de cette manière quand le réflexe nauséeux n’est pas trop fort. Merci de l’avoir fait remarquer.

      Répondre
      • Hodina

        2 autres astuces
        Xylocaine gel, le patient ouvre la bouche, on lui rempli la bouche avec, il reste 3-4 minutes comme ca.et il recrache dans le crachoir
        2 eme astuce qui fonctionne bien ( apprise par un patient maître judoka…d apres lui, c est un point de pression genre acupression( a vérifier j e n y connais rien), pression de l index au niveau de la trachee( la ou on fait la trachéotomie .

        Répondre
  6. marie

    Bonjour,

    Je suis une patiente avec de forts réflexes nauséeux. Il m’est très pénible d’aller voir le dentiste avec ces réflexes, pourtant je n’ai aucune crainte de la douleur ou autres, ce sont vraiment ces réflexes qui m’empêchent d’ouvrir la bouche sereinement. Au moindre contact de l’outil avec ma langue, ça se déclenche instantanément. cela réagit vraiment comme un mécanisme de défense et même si je veux vraiment faire le soin, ça se déclenche. Bien sûr souvent le dentiste ne comprends pas mon comportement, pense même que je m’y mets de la mauvaise volonté….donc je voulais savoir si y avait un moyen de me préparer psychologiquement et physiquement pour atténuer ou faire disparaître ce réflexe. Merci de vos réponses.

    Répondre
    • thedentalist

      Bonjour Marie,
      Bien que ce site s’adresse avant tout aux professionnels, votre question mérite une réponse.
      Votre situation est très problématique, pour vous, comme pour les praticiens qui tenteront de vous soigner. Pour toutes les raisons que nous avons exposé dans cet article, il vous faudra vous armer de courage et de patience. Les techniques de relaxation (type sophrologie, méditation, yoga…), pratiquées régulièrement peuvent vous aider. L’hypnose peut également être une option pour « déconnecter » transitoirement les zones réflexes du cerveau. Mis à part l’acupuncture, la meilleure technique dont je dispose est d’amener calmement le patient à se concentrer sur sa respiration qui doit être la plus profonde (ou la plus rapide) et la plus continue possible. Il faut faire passer de l’air dans vos poumons, coute que coute.
      Bon courage à vous et ne vous en faites pas car si cela devient une source d’angoisse, le problème ne fera que s’amplifier.

      Répondre
  7. Manu

    Bonjour à toutes et à tous. Je me permets de relancer ce sujet car je suis dans la même situation que Marie. Malgré tous mes efforts je ne parviens pas à me concentrer suffisamment pour oublier ce qui se passe dans ma bouche. Pour vous dire, même les mèches de cotons que le dentiste place autour de ma molaire me donnent la nausée. Je prends pourtant du nux vomica dès la veille d’un rendez-vous, du primperan une heure avant, plus l’anesthésiant local en bain de bouche donné par le dentiste. Rien n’y fait. Ce soir je vais essayer l’atarax en plus… je suis désespéré !

    Répondre
    • thedentalist

      Bonjour à tous,
      un confrère m’a fait part d’une nouvelle astuce : placer une petite pincée de sel sur la langue pendant les soins permettrait de réduire, voire supprimer le réflexe nauséeux.
      Je ne l’ai personnellement pas encore testé…

      Répondre
  8. Manu

    Merci pour votre réponse. Le cocktail médicamenteux a plutôt bien fonctionné. Cependant mon état de stress a conduit à une salivation exacerbée. Par conséquent et malheureusement pour moi le ciment n’a pas tenu et la couronne s’est décollée le soir-même…

    Répondre
  9. Encre

    Bonjour.

    Je suis un patient à très fort réflexe nauséeux. Vogalène et Primperan, c’est une heure avant le rendez-vous?

    Cordialement.

    Encre.

    Répondre

Réagissez à l'article

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>