Un Onlay vaut mieux qu'une Couronne…

La préservation tissulaire est un devoir qui s’inscrit en droite ligne du primum non nocere d’Hippocrate. En dentisterie restauratrice plus que dans tout autre domaine médical car les tissus constitutifs des organes dentaires ne sont pas capables de se régénérer ad integrum après une destruction importante. Autrement dit : ce qui est perdu : est perdu à vie!

Pendant des décennies, la dentisterie à Papa, nous a fait croire que le meilleur moyen de protéger les dents était de les dévitaliser, de les tailler et de les recouvrir de couronnes prothétiques. En plus, et ça tombait très bien, cela permettait de gagner sa vie puisque tout cela était remboursé par la Sécurité Sociale. C’était tout de même moins dramatique que la dentisterie à Papy qui elle, pour survivre, devait extraire des dents et les remplacer par des prothèses amovibles. Triste logique de la Nomenklature Sécu…

Aujourd’hui, tout cela devrait être révolu. Des études scientifiques pertinentes ont été réalisées et ont montré des résultats incroyablement logiques :

Malgré cela les vieilles habitudes ont la vie dure et beaucoup de praticiens restent sceptiques quant à la durée de vie des restaurations partielles sur dents vivantes (et encore moins sur dents dépulpées). Nous leur adressons deux réponses :

  1. Les dents dépulpées, taillées, inlay-corisées, couronnées ou pire support-de-bridgées connaissent des complications à plus ou moins long terme : infections péri-apicales, caries secondaires, fractures radiculaires… dont le seul traitement valable est souvent l’extraction.
  2. Les restaurations partielles collées peuvent, en cas d’échec (décollement, fracture), être renouvelées ou au pire remplacées par une coiffe périphérique.

Gravons ce principe thérapeutique dans nos esprits une bonne fois pour toute : La durée de vie de la dent sur l’arcade est plus importante que la durée de vie de la restauration.

PRINCIPES CLINIQUE

LES BONNES INDICATIONS

onlays (3)
Des amalgames volumineux et défectueux ont provoqué une fracture coronaire de la 36. Ils sont remplacés par des inlays en céramique pressée, collés. L’échéance de la pulpectomie et de la couronne périphérique sont ainsi retardé de plusieurs années, selon les données de littérature et rajoutons si les bonnes indications sont posées et que le bon matériel est utilisé.

LE BON MATERIEL

onlays (4)

En plus des fraises diamantées cylindre-coniques, l’utilisation d’inserts ultra-sonores diamantés permettent d’obtenir des lignes de finition propres et nettes et préserver au maximum les tissus amélaires et dentinaires.

onlays (5)

Un collage performant et efficace ne peut s’obtenir qu’avec une bonne isolation du champ opératoire.

onlays

Les nouvelles céramiques obtenues par pressée ou par CFAO sont des matériaux particulièrement performants pour ce type de restaurations. Les composites de laboratoire peuvent également être indiqués.

onlays (2)

La connaissance des principes de l’adhésion aux tissus dentaires et le respect des protocoles opératoires permettent de répondre aux indications avec sérénité.

CONCLUSION

  • Un onlay vaut mieux qu’une couronne pour préserver et renforcer la structure dentaire,
  • Un onlay vaut mieux qu’une couronne pour préserver la vitalité pulpaire,
  • Un onlay vaut mieux qu’une couronne pour reconstituer la morphologie occlusale et les points de contact proximaux,
  • Un onlay vaut mieux qu’une couronne pour l’intérêt du patient.

Quel sont pour vous les principaux freins qui vous empêchent de réaliser ce type de restauration pour vos patients?

(Visited 3 533 times, 2 visits today)

10 commentaires sur “Un Onlay vaut mieux qu'une Couronne…”

  1. RChaleil

    Très cher Dentalist,
    Je vois que vous avez tenu votre promesse…
    FÉLICITATIONS : le message est très clair.
    Au plaisir de découvrir vos nouveaux posts.

    Répondre
  2. thedentalist

    Merci cher ami. Pour les lecteurs qui n’auraient pas suivi, votre commentaire fait référence à une discussion très intéressante que nous avions eu suite à un article plus anciens (http://thedentalist.fr/dela-dent-depulpee/) concernant la préservation tissulaire.
    Je suis heureux que vous puissiez apprécier ce nouvel article.
    Moi même, j’aurai grand plaisir à lire vos commentaires dans le futur.

    Répondre
  3. Kzu

    Hélas, la dentisterie à papa a encore de bons jour car qui peut se payer de telles restaurations exigeantes quand une CCM est jusqu’à 20 fois mieux remboursée et mieux « payée » et pour un protocole de pose 10 fois plus simple.

    Répondre
    • thedentalist

      Bonjour Kzu. Votre remarque est au coeur du problème. Mais selon moi, il s’agit d’un faux problème car il ne reflète que l’abandon de la santé bucco-dentaire des patients par les chirurgiens-dentistes au profit des assureurs. C’est l’attitude intègre et intransigeante du praticien et ses explications claires et honnêtes qui vont aider le patient à faire le bon choix. Quand le patient comprend que si on évite de dévitaliser et de tailler outrageusement sa dent, celle-ci à plus de chance de durer dans le temps, ce qui retarde d’autant plus l’extraction et la pose d’un implant (non remboursé), il va tendre les deux oreilles et prêter une grande attention à votre onlay car il comprend très bien l’intérêt pour sa santé à long terme.
      Je ne dis pas que tous les patients raisonnent de cette manière mais la majorité d’entre eux ont confiance et écoute ce que préconisent leurs professionnels de santé.
      Et lorsque vous dites que le protocole d’une endo+inlay-core+couronne est plus simple, je ne suis pas d’accord. Pour moi, un onlay c’est deux séances. Pour une couronne c’est 4 ou 5 séances.
      Qu’en pensez-vous?

      Répondre
  4. Faivre_rampant

    Que pensez vous de faire des onlay en céramique feldspathique ? merci d’avance de votre réponse.

    Répondre
    • thedentalist

      Historiquement, les première reconstitutions coronaires partielles en céramique étaient des onlays fabriqués en céramique feldspathique. Mais les résultats ont rapidement montré qu’ils étaient très fragiles et cassant. Cela a permis d’alimenter la légende selon laquelle les onlays céramique étaient tous fragiles et cassant. Le développement des nouvelles céramiques a permis de complètement résoudre les problème de résistance mécanique et d’adhésion aux tissus dentaires. Pour mes inlays, je n’utilise que la céramique pressée ou le composite de laboratoire Conquest.

      Répondre
  5. Lamiaa

    Est-il possible de mettre un onlay au lieu d’une couronne pour une dent dévitalisée ?
    Merci.

    Répondre
  6. vinci

    Bonjour, un onlay en céramique pressée peut-il casser avant un an ? dans ce cas, y a t’il une garantie pour couvrir le prix d’un nouvel onlay (400 euros tout de même)? Merci par avance.

    Répondre

Réagissez à l'article

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>