Comment Gérer la Mauvaise Haleine?

bad-breath2

L’halitose touche 50% de la population adulte mondiale et dans 90% des cas son origine est buccale.
La question de la mauvaise haleine ou d’une mauvaise odeur buccale peut donc être posée systématiquement lors de l’entretien initial avec le patient. D’autant plus que si celui-ci répond positivement, il sera très heureux d’entendre des propositions de traitement pour cette situation qui est le plus souvent mal vécue et qui peut constituer un handicap social.

ÇA VIENT DE LA BOUCHE

Quand elle est d’origine buccale, l’halitose est toujours provoquée par la prolifération bactérienne et une ou plusieurs des causes suivantes sont à rechercher :

  • Hygiène bucco-dentaire déficiente
  • Lésions carieuses profondes
Halitose
Les caries radiculaires et les défauts de points de contact favorisent le développement des biofilms bactériens
  • Maladies parodontales
Halitose (1)
Le développement des maladies parodontales provoque souvent l’halitose
Halitose
Les prothèses amovibles favorisent le développement des biofilms bactériens.

La consommation de certains produits ou aliments doit être éventuellement considérée (par ex : oignons, ail, épices, alcool, fumeur de cigares, de pipe…)

bad-breath-foods1


ÇA VIENT PAS DE LA BOUCHE

Reste que dans 10% des cas l’origine de l’halitose est extra-orale :

  • Sinusite
  • Bronchite
  • Cirrhose du foie
  • Insuffisance rénale
  • Diabète

Origine psycho-pathologique :

Enfin, on considère que 0,5% à 1% des patients se plaignent de mauvaise haleine sans qu’aucune mauvaise odeur buccale ne soit objectivable. Ces patients souffrent d’un problème psychologique nommé « halitophobie« , souvent associé à d’autres problèmes psychologiques qui nécessitent une prise en charge spécifique.

Nous n’avons pas connaissance du pourcentage exacte de personnes qui présentent une halitose objective et qui s’en foutent, mais nous savons tous que ces patients existent.


CONDUITE A TENIR

  1. Evaluation bucco-dentaire complète (clinique et radiologique).
  2. Enseignement des techniques d’hygiène bucco-dentaire : nettoyage des dents, des espaces interdentaires, des muqueuses et du dos de la langue. L’adjonction de bains de bouche et/ou gargarismes antiseptiques peuvent être utiles.
  3. Elimination des foyers infectieux bucco-dentaires et des biofilms puis consolidation des structures.
  4. Si la mauvaise haleine persiste, envisager une cause ORL : pharyngites, tonsillites, sinusites peuvent avoir des origines bactériennes et provoquer/entretenir l’halitose.
  5. Si la mauvaise haleine persiste, envisager une cause systémique : bronchites, carcinomes bronchiques, reflux gastro-oesophagien, ulcères gastriques, pathologies hépatiques, diabète, insuffisance rénale. Certains médicaments ont pour effets secondaires une mauvaise haleine.
  6. Si la mauvaise odeur persiste, les habitudes de vie et les habitudes alimentaires doivent être analysées. Il a été montré que la prise régulière de probiotiques permet d’équilibrer la flore bactérienne du tractus digestif et de réduire l’halitose.

CONCLUSION

L’halitose est un problème embarrassant pour un très grand nombre de patients. Le chirurgien-dentiste est en mesure d’évaluer et d’assurer ou orienter la prise en charge du problème. La réévaluation périodique du problème après la mise en place des stratégies de traitement permet d’assurer la satisfaction et la reconnaissance des patients. Une valeur ajoutée supplémentaire pour votre cabinet.

 

(Visited 795 times, 1 visits today)

Réagissez à l'article

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>