Travailler les Pontics de Bridge #1

Les liens entre parodonte et prothèse fixée sont très ténus. Et même si les implants ostéo-intégrés règnent sur la prothèse dentaire moderne, les bridges trouveront encore et toujours quelques bonnes indications.

Cependant, la réussite d’un bridge passe notamment par la gestion du/des pontics et le praticien devra veiller à ce qu’il(s) entretienne(nt) des rapports harmonieux avec la crête édentée afin :

  • d’empêcher les bourrages alimentaires
  • d’assurer une esthétique optimale
  • permettre l’hygiène du patient
  • maintenir la bonne santé des tissus parodontaux

Dans ce premier article, nous allons nous appuyer sur une situation clinique où une deuxième prémolaire maxillaire doit être extraite et remplacée par un bridge de 3 éléments. Nous détaillerons les étapes de la gestion du site extractionnel en vue de l’optimisation du pontic de bridge.

Puis dans une seconde partie, nous verrons comment, à partir d’une anatomie déficiente, les pontics de bridge permettent de recréer l’harmonie des contours gingivaux.

Enfin, la troisième partie synthétisera les notions théoriques dans une vidéo pédagogique gratuite.

SITUATION CLINIQUE

Une patiente de 53 ans consulte pour des abcès douloureux et récurrents dans le secteur maxillaire gauche. Dans ce secteur, les dents 24, 25 et 26 sont porteuses de coiffes céramo-métalliques unitaires. La 27 est absente.

Situation initiale – Vue vestibulaire
Situation initiale – Vue occlusale
Face palatine : sondage normal
Face distale : poche profonde et localisée

La racine de la 25 semble fissurée et la profondeur importante du sondage indique son extraction et la décision est prise de réaliser un bridge de 3 éléments pour la remplacer.

EXTRACTION ET DEMONTAGE

Une empreinte de la situation clinique va permettre une temporisation par iso-moulage
Extraction de la 25 et curetage de l’alvéole.
Démontage atraumatique des prothèses fixées sur 24 et 26 par la méthode « du T vestibulaire ».
Comblement alvéolaire.

TEMPORISATION ET AMENAGEMENT DU PONTIC

La réalisation d’un bridge provisoire va permettre, outre la restauration de l’esthétique et de la fonction, de préparer le site du futur pontic de bridge.

Bridge transitoire obtenu par iso-moulage.
Bridge provisoire obtenu par iso-moulage. Notez la résine qui a envahit le sommet de l’alvéole d’extraction.
Pontic en résine de 3mm de profondeur pour soutenir les tissus mous.
Bridge provisoire en place.

Le pontic, de forme ovoïde et de 3mm de profondeur dans l’alvéole, va agir comme un échafaudage et guider la cicatrisation de la gencive marginale de l’alvéole et va ainsi soutenir au mieux les papilles inter-dentaires.

FINALISATION

Post-op à 15 jours. La poche en mésial de la 26 a été curetée également.
Réalisation du bridge d’usage en céramique à 8 semaine post-op.
Résultat à 6 mois.

A lire également : 
Les Cordonnets Rétracteurs
La Limite Cervicale
Orthodontie et Parodonte

(Visited 868 times, 1 visits today)

3 commentaires sur “Travailler les Pontics de Bridge #1”

  1. Dyschromie

    Bonjour,
    Merci pour la présentation de ce joli cas et la qualité de l’iconographie.
    Pourriez-vous m’expliquer la technique de démontage en T vestibulaire ? Permet-elle (pas dans ce cas précis bien sûr) la réutilisation des anciennes coiffes comme provisoires ?
    (question peut-être de béotienne mais je ne connaissais que la méthode wam key, et la méthode bourrin on défonce tout et on recommence)

    Merci et bonne année 2017

    Répondre
    • thedentalist

      Chère Consoeur,
      Bonne année 2017 et merci de ce commentaire et de ces questions auxquelles je vais tenter de répondre.
      – la méthode du T vestibulaire consiste, une fois la céramique éliminée à la fraise diamantée, à découper le métal de l’armature selon un axe vertical d’abord afin de rompre le cerclage cervical de la coiffe et repérer le joint de ciment occlusal entre le moignon et la coiffe. Puis, la découpe horizontal se fait au niveau de ce même joint de ciment, un peu plus profondément pour pouvoir insérer un instrument (type Wam-key ou un élévateur chirurgical) qui va faire sauter la coiffe.
      – cette méthode doit être considérée a priori comme « destructrice » pour la coiffe. Le but étant de détruire la coiffe pour préserver au maximum le support dentaire et le moignon. Dans le cas des CCM, dans la mesure où la céramique a été franchement agressée, il est difficile de les réutiliser car le mouvement d’élévation fait souvent éclater encore un peu le cosmétique. Cependant, avec des couronnes coulées, si le trajet de la fraise est bien controlé, on peut facilement réutiliser la coiffe comme provisoire en la rebasant avec un peu de résine auto.
      J’avais pensé faire un article sur la dépose des éléments conjoints et votre question me re-motive à le faire, prochainement.
      Merci de l’intérêt actif que vous portez au site.

      Répondre
      • Dyschromie

        Un tel article serait très intéressant à lire !
        Merci pour vos explications détaillées, et très bon week-end à vous

        Répondre

Réagissez à l'article

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>