Qu’est ce que la Zircone?

Depuis quelques années, son nom est sur toutes les lèvres. Des industriels aux laboratoires de prothèse, des chirurgiens-dentistes aux patients eux-mêmes, la zircone est la star des biomatériaux dentaires. Beaucoup l’utilisent mais peu de gens la connaissent vraiment.

zirconium

La zircone est le nom donné à l’oxyde de zirconium (ZrO2). Dans la classification des céramiques, c’est une céramique poly-cristalline c’est à dire qu’elle ne contient pas de phase vitreuse. Elle constituée uniquement de cristaux hautement condensés par frittage. Le frittage est un traitement thermique qui élimine les porosités et condense fortement les particules. Résultat : si le matériau est très dense, il sera très résistant mécaniquement.

La zircone pure (Zircone HIP) est tellement frittée et tellement dense qu’elle est très difficile voire impossible à usiner pour l’art dentaire. Elle reste utilisée en médecine pour les prothèses de hanches car celles-ci doivent être particulièrement résistantes.

L’utilisation de la zircone dans l’art dentaire a été rendue possible grâce à une modification de sa structure moléculaire au moyen d’Ytrium. L’Yttrium stabilise les cristaux sous forme tétragonale. On parle de zircone Y-TZP (Y pour yttrium, T pour tétragonal, Z pour zircone et P pour poly-cristalline).
La zircone Y-TZP est un matériau pré-fritté, c’est à dire plus tendre et plus facile à usiner. Une fois usinée, la pièce est à nouveau frittée pour lui donner sa résistance définitive, ce qui s’accompagne d’une rétraction dimensionnelle du matériau de 20 à 30%.

Infrastructure en zircone pour 3 éléments prothétiques qui sera ensuite maquillée de céramique feldspathique cosmétique.

 

Il est donc impossible de réaliser des prothèses dentaires en céramiques poly-cristallines sans procédés CFAO. La CFAO (Conception Fabrication Assistée par Ordinateur) aussi appelée CAD/CAM est un procédé numérique redoutable de précision pour la conception et la fabrication assistées par ordinateur. Voilà comment ça marche :

  • Création d’un modèle de travail numérique : soit une empreinte optique soit on scanner numériquement le modèle en plâtre
  • L’opérateur conçoit la pièce prothétique sur son écran d’ordinateur en indiquant au programme les dimensions souhaitées, la forme, la position de la limite, la taille des connexions pour un bridge etc.
  • L’ordinateur va ensuite commander une machine outil qui va fraiser un bloc de zircone Y-TZP en anticipant parfaitement la rétraction de 20-30% qui aura lieu lors du second frittage.

A la sortie de l’usinage, la pièce est surdimensionnée mais après frittage, elle s’adapte parfaitement sur le modèle.

mc

Voici une vidéo qui détaille ces différentes étapes de la chaine CFAO

 

PROPRIETES DE LA ZIRCONE

  • Résistance mécanique : on peut usiner des infrastructures pour prothèses unitaires antérieures ou postérieures, pour des bridges, des dents pleines…
  • Biocompatibilité : l’adhésion des bactéries à la zircone est inférieure à celle du titane.
  • Radio-opacité : équivalente au métal.
  • Bon isolant thermique : ce qui est un avantage très intéressant pour les prothèses sur dents vivantes.
  • Opacité : l’absence de phase vitreuse bloque complètement le passage de la lumière ce qui permet de masquer un support coloré (un inlay-core par exemple).
  • Collage inefficace : l’absence de phase vitreuse contre-indique le collage et  impose l’assemblage par scellement.
Couronnes pleines en zircone =  full zircone (pas de cosmétique).

 

Quelles sont vos principales réticences à l’utilisation de la zircone en pratique quotidienne? 

(Visited 3 545 times, 6 visits today)

4 commentaires sur “Qu’est ce que la Zircone?”

  1. DARWICHE

    Sur le marche il y as plusieurs type de full zircon comment procéder au bon choix pour se rapprocher le plus d une zircon stratifie céramique , obtenir un éclat naturel et un dégradé au niveau de la teinte .

    Répondre
    • thedentalist

      Bonjour Darwiche,
      Votre question soulève parfaitement la problématique de la full-zircone : très résistante mais assez peu esthétique. Bien que des progrès aient été réalisés dernièrement (et on peut penser que des améliorations vont suivre) les coiffes monolithiques en zircone sont à réserver aux dents postérieures. On peut, dans certains cas, améliorer l’esthétique en choisissant des éléments monolithiques en vitro-céramique (E-max). Mais de toute évidence, la meilleure intégration de ces prothèses se fera lorsque la teinte des dents adjacentes n’est pas trop « caractérisée ».
      Dernière suggestion : parlez-en avec votre prothésiste car il connaît bien les évolutions du marché et les résultats qu’il est en mesure de vous fournir pour une situation clinique donnée.
      Bien à vous.

      Répondre
  2. mounir

    Bonjour,
    Merci pour vos articles très clairs sur les céramiques dentaires.
    J’ai eu dernièrement un problème avec une assurance qui refuse de rembourser une prothèse au motif que le travail mentionné ne correspond pas à celui réalisé, en se basant sur la radiographie de contrôle.
    En effet, je mentionnais « couronne céramo-céramique », mais à la radio, on voit une opacité identique à celle d’une couronne CCM. La zircone étant radio-opaque, elle se voit au contrôle radio comme du métal.
    Je dois maintenant me fendre d’une longue lettre d’explication, en espérant convaincre le dentiste contrôleur….
    D’ailleurs, comment différencier une CCC zircone d’une CCM? A la radio, c’est pareil, et en bouche, on peut avoir des CCM sans bandeau métallique palatin…

    Répondre
    • thedentalist

      Bonjour Mounir,
      Impossible de différencier une CCM d’une CCC sur la seule base d’une radiographie de contrôle. Il n’y a qu’un moyen de vérifier la nature de la prothèse : la découper et la démonter! Avant cela, si j’étais vous, je tenterai de produire le bon de livraison et le certificat de conformité normalement délivré par votre laboratoire de prothèse.
      Cela dit, votre mésaventure est typiquement révélatrice de l’incompétence notoire et du mauvais esprit dont font preuve les services de contrôle des assureurs santé, ceux-là même qui vont se permettre de juger, approuver ou contredire vos décisions thérapeutiques et votre travail. Pitoyable jeu de dupes des assureurs qui cherchent désespérément les combines pour ne pas rembourser leurs assurés et faire porter le chapeau aux praticiens…
      Bon courage et tenez-nous informés.

      Répondre

Réagissez à l'article

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>