La Limite Cervicale

Limite cervicale dentaire

L’enregistrement de la limite cervicale doit permettre au prothésiste dentaire de donner deux caractéristiques essentielles de l’anatomie cervicale de la prothèse à savoir :

  • La limite cervicale qui doit être étanche afin de limiter la dissolution du joint de ciment. L’épaisseur du joint de ciment doit être la plus faible possible.
  • Le profil d’émergence qui permet la bonne santé de l’anneau gingival et limite la prolifération microbienne.

Pour cela, il faut garder une règle d’or à l’esprit : « Pour enregistrer une limite, le matériau doit aller au delà de cette limite. »

Battez-vous avec tous les moyens possible pour enregistrer ce petit millimètre de racine dentaire non préparée et qui améliorera considérablement vos résultats cliniques.

La meilleure arme pour cela est l’utilisation des cordonnets rétracteurs. Le choix du cordonnet dépend de la profondeur du sulcus : le sondage préalable est recommandé.

cordonnets rétracteurs prothèse fixée
empreinte prothèse fixée limite cervicale

 

A voir en vidéo : Comment Placer les Cordonnets Rétracteurs?

A lire également : Où Placer La Limite? 

Attention : si la gencive marginale est inflammatoire au moment de l’empreinte, vous aurez beau mettre en place tous les cordonnets du monde, les imbiber d’agent astringent ou utiliser des pâtes de rétraction gingivale, un saignement et un suintement viendront automatiquement ruiner vos efforts. Même si vous travaillez avec le meilleur prothésiste du pays et que vous connaissez comme des frères, votre empreinte sera médiocre… et l’ajustage cervical de la prothèse aussi. Dura lex sed lex !!!

Pour corriger le problème, il faut comprendre sa cause.
En dehors d’un défaut d’hygiène, si la gencive marginale n’est pas en parfaite santé c’est très probablement à cause d’un défaut au niveau des prothèses transitoires. Et pourquoi pas un problème d’ajustage cervical ? En plaçant un cordonnet rétracteur juste avant de rebaser la prothèse transitoire, la résine fluide va fuser au delà de la limite et donc enregistrer cette limite.

rebasage prothèse provisoire

Si la limite est clairement lisible, les manœuvres de finitions vont la respecter. Si la limite est nette et franche et surtout étanche, le parodonte autour de vos prothèses transitoires seront d’autant plus sain et vos empreintes de meilleure qualité.

Rebasez bien vos prothèses transitoires et ne prenez jamais l’empreinte le jour des préparations.


A lire : Réconcilier prothèse fixée et parodonte. Laurent et al. Stratégie Prothétique novembre 2001. Vol 1 n°2.

(Visited 1 698 times, 1 visits today)

7 commentaires sur “La Limite Cervicale”

  1. fonfec

    Je découvre ce blog, et il part directement dans mes favoris, c’est un pur bonheur. Merci pour toutes ces explications détaillées et les belles photos qui vont avec. C’est infiniment plus clair et plus pédagogique que tous les cours de prothèse que j’ai pu suivre…

    Répondre
    • thedentalist

      Bienvenue Fonfec dans la communauté du Dentalist. Je compte sur vous pour faire connaitre cette « bonne adresse » autour de vous!
      Merci pour votre commentaire : c’est le plus beau compliment que vous puissiez me faire.
      A très bientôt.

      Répondre
  2. alarache

    Je plussois!!
    Articles courts allant à l’essentiel et en quelques mots remet en place les idées et rappel des impératifs oubliés…. !!!
    Encore!!
    Merci

    Répondre
  3. Faivre rampant

    si vous pouriez faire une petite vidéo sur la prothèse provisoire. j’ai toujours un peu de mal à rebaser mes provisoires….
    Faut il mettre la résine fluide au niveau du bord cervical et remettre la provisoire dessus? ou mettre la résine sur la provisoire et puis remettre la provisoire en place ?
    Est ce que vous faite vos provisoires en monobloc, isomoulage, moule ion ?
    Quel marque pour la résine de provisoire ? (est ce que cela change quelque chose?)
    Polissage de la provisoire faire comment ? fraise, cupule, brosette avec du vitroclean ?
    au plaisir de vous lire comme toujours

    Répondre
    • thedentalist

      Mettons-nous dans la situation d’une provisoire qu’il faut rebaser après la mise en place d’un inlay-core.
      Il faut d’abord bien évider la provisoire pour qu’elle se mette bien en place sans frottement.
      Ensuite je badigeonne l’intrados et la partie cervicale de l’extrados avec du monomère de résine au moyen d’un pinceau.
      Un mélange de résine auto assez fluide est préparé, déposé dans la provisoire avant de la remettre en place. Si après ce premier rebasage, il reste des manques au niveau cervical, je remplis un godet de monomère, un autre godet de poudre, je reprends mon petit pinceau et je le trempe successivement dans le monomère puis dans la poudre pour amener goutte après goutte de la résine fluide au niveau cervical.
      Dégrossissage, pré-polissage avec des pointes à polir et polissage à la ponce (je dispose d’une machine de prothésiste au cabinet).
      J’utilise la résine Unifast de chez GC ou bien une résine méthacrylate en pistolet (Structur 3 de chez Voco)
      Pour ce qui est de la technique : ça dépend toujours de la situation clinique mais je fais très souvent un isomoulage (soit à partir de la situation initiale soit à partir d’un wax-up), parfois des provisoires de labo ou des moules ion, rarement une block-technique (boulette de résine sculptée intégralement).
      Dès que c’est possible, je privilégie la séquence suivante : je prévois de réaliser l’empreinte de l’inlay-core juste après avoir terminé le traitement radiculaire, dans la même séance. Je laisse un pansement type Cavit sur la dent. Et je demande au prothésiste de réaliser le plus rapidement possible l’inlay-core et une provisoire en léger surcontour horizontal et vertical de manière à englober les limites cervicales de la préparation (comme ça il n’y a pas de manque au niveau cervical lors du rebasage). Il y a coût mais je gagne beaucoup de temps et j’ai une provisoire tout de suite bien ajustée, bien polie, esthétique et solide.

      J’espère avoir bien répondu à vos questions même si je suis conscient que ce sujet mériterait des pages et des pages… Je vais donc essayer de réfléchir à une vidéo illustrative de ces différentes techniques.
      A bientôt!

      Répondre
  4. Faivre_rampant

    le problème est qu’avec la technique de la prothèse de laboratoire, il faut un certain temps entre l’endo et la mise en place de l’inlay core. De plus ne faut il pas laisser le ciment de l’endo prendre? a moins que vous obturer à la gutta chaude ?

    Répondre
    • thedentalist

      En effet, il faut mettre en place l’inlay-core le plus rapidement après l’obturation canalaire. Pour moi, l’idéal est de pouvoir faire l’empreinte du logement canalise dans la même séance. J’obture la plupart du temps par thermo-compaction (Mac Spaden) : j’utilise très peu de ciment, surtout dans la partie apicale du canal et une fois la radiographie de contrôle effectuée, je désobture la portion coronaire avec un forêt Largo, pas trop vite et je compacte à nouveau le bouchon apical avec des pluggers. Même si le ciment canalaire n’a pas complètement terminé sa prise, il le fera dans les heures qui suivent.

      Répondre

Réagissez à l'article

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>