Les Ciments d’Obturation Endodontique

Endo-5

L’objectif de l’endodontie moderne est le maintien d’une dent fonctionnelle sur l’arcade en l’absence de lésions et de signes cliniques.
La première étape du traitement endodontique correspond à la mise en forme et au nettoyage canalaire. Elle à pour but d’éliminer l’ensemble des tissus intra canalaire et des réservoirs bactériens. La mise en forme à l’aide d’instruments va permettre l’alésage des parois canalaires afin de faciliter leur nettoyage et leur désinfection grâce au passage de solutions d’irrigation.

Le respect de cess protocoles est indispensable à la réalisation de bonnes obturations.
L’obturation va chercher à remplir l’ensemble du réseau canalaire préalablement nettoyé afin d’empêcher sa colonisation par les bactéries.

Les traitements actuels associent deux grandes familles de matériaux.

LA GUTTA-PERCHA

La gutta percha est un matériau qui possède de bonnes propriétés de comblement dans l’espace, une bonne stabilité dimensionnelle et qui est non résorbable dans le temps par les différents fluides organiques. Son principal défaut est qu‘elle est non adhérente aux parois canalaires. Il faut donc la coupler à un ciment de scellement.

Ces ciments vont permettre la liaison de la gutta percha aux parois du canal car ils possèdent la propriété d’adhérer à la gutta et à la dentine. Leur principal défaut est qu’ils sont résorbables dans le temps, c’est à dire qu’ils vont constituer des vides créant ainsi une porte d’entrée pour les bactéries.

MMRevoS_GPpoints_assortis1

Il nous faut donc réaliser une masse principale de gutta-percha comblant la plus grande partie du volume canalaire, liée aux parois canalaires par la plus fine couche de ciment possible afin de limiter le risque de percolation.
Pour cela le clinicien doit mettre en œuvre des techniques longues, fastidieuses nécessitant souvent une courbe d’apprentissage élevée afin d’apporter une grande quantité de gutta compacte dans le canal. Non maitrisée, le clinicien prend le risque de perdre le contrôle de cette épaisseur de ciment et donc de la pérennité de son traitement. De plus ces techniques sont souvent très couteuses.

La technique monocône ne permettant pas de contrôler l’épaisseur de ciment n’est donc pas valable et ne correspond plus aux donnés actuelles de la science.

Notre ciment de scellement idéal serait donc non résorbable, ferait sa prise en milieu humide et serait éventuellement peu couteux. Il ne jouerait plus le rôle de ciment de scellement résorbable mais de matériau de comblement stable et facile d’utilisation.

APPORT DES BIOCERAMIQUES

C’est ce à quoi tente de répondre les ciments à base de biocéramiques. Ces ciments dérivent des ciments de Portland utilisés dans la construction. Ils sont constitués de silicate de calcium, de phosphate et d’hydroxyde de calcium, de différents adjuvants (fluidité, radio- opacité, temps de prise…) et d’eau.

5 tips for using bioceramics in the general dental practice

Ces ciments possèdent des propriétés intéressantes :

  • Ils sont bioactifs : une fois mis dans le canal, au contact des phosphatases intra tubulaire, les ciment vont entrainer la formation d’hydroxyapatite.
  • Ils font leur prise en milieu humide en créant un précipité de silicate de calcium entourant des cristaux d’hydroxyde de calcium, faisant une expansion de prise.
  • Ils sont biocompatibles et sont non résorbables par les fluides organiques.
  • Ils possèdent d’excellentes propriétés de scellement dans l’ensemble du réseau canalaire. Ils auraient aussi tendance à ne pas être expulsés dans le péri apex.

De par ses propriétés ces ciments à base de biocéramiques permettraient de nombreuses avancées. Ces ciments étant non résorbables, la gutta servirait d’outil permettant d’acheminer le matériau de comblement (les biocéramiques) dans le canal. L’opérateur n’aurait plus besoin de contrôler l’épaisseur de ciment. Il lui suffirait d’amener, à l’aide d’un cône de gutta pré-calibré, une fine quantité de ciment dans l’ensemble du réseau canalaire par une insertion lente et animée d’un mouvement de rotation, entrainant sa fusée dans les canaux accessoires grâce à ses propriétés de scellement et sa capacité à se répandre le long des parois, simplifiant grandement les techniques d’obturation.

De plus pour le patient, ces traitements biens menés seraient plus pérennes et diminueraient les risques de recolonisation bactérienne.

Cliquez ici pour voir un autre cas clinique.

CONCLUSION

De très nombreux paramètres interviennent dans le succès endodontique et il est est difficile d’isoler la seule phase d’obturation canalaire de l’ensemble du continuum endo-prothétique.

Les techniques conventionnelles sont tout à fait valables à condition de respecter des protocoles longs et exigeants. Cependant, les biocéramiques, bien que manquant de recul clinique, semblent apporter un espoir réel. Elles pourraient bien changer le futur de la discipline et optimiser le pronostic de nos traitements endodontiques.


Merci au Dr. Arnaud P. pour la documentation et la rédaction de cet article. 

(Visited 869 times, 2 visits today)

7 commentaires sur “Les Ciments d’Obturation Endodontique”

  1. Arcad-dentaire

    Bonjour,
    Ce produit semble vraiment intéressant à tous niveaux: qualité de l’obturation, antisepsie, ergonomie, temps opératoire réduit ( on va revenir au bon vieux « pate+ cône »…), mais évidemment, les tarifs du ciment et de la pate semblent prohibitifs!!
    As-tu des infos concernant le retraitement endodontique en cas d’échec? Je n’ai rien trouvé à ce sujet.
    Enfin, et ceci n’a rien à voir avec le sujet, est il prévu une autre session n°2 de formation continue?
    je suis sûr que tu as encore plein de chose à nous apprendre.
    bien à toi.
    Stéphane.

    http://www.arcad-dentaire.fr

    Répondre
    • thedentalist

      Salut Stéphane et merci pour ton commentaire. La question que tu poses est très importante et il faut y penser avant de se lancer tête baissée avec ce type de nouveau matériau.
      J’ai trouvé une publication qui montre que le retraitement est possible mais qu’il peut, en fonction de l’anatomie du canal, être plus difficile à reprendre que les obturations « classiques ».
      Pour encore plus de détails, et si tu maitrise l’anglais (ce dont je ne doute pas!), je te conseille cette vidéo en deux partie qui traite précisément de ce problème : partie 1partie 2

      Concernant la formation, j’ai commencé à réfléchir à un programme de prothèse implantaire. Je n’en suis qu’à un stade embryonnaire mais il devrait voir le jour dans le courant 2016… Cette session sera annoncée sur la page de l’agenda des formations du site. Encore un peu de patience…
      Bien amicalement.

      Répondre
    • thedentalist

      Rien de plus simple Yadini,
      Dans la colonne de droite du site, il vous suffit de remplir votre nom et adresse e-mail.
      Ou bien dans la fenêtre qui s’ouvre (pop-up) à l’arrivée sur le site.
      Merci et bienvenu sur The Dentalist.

      Répondre

Réagissez à l'article

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>