Le Scellement des Prothèses Implantaires

ciment

Bien que la prothèse implantaire vissée permette d’éviter complètement les peri-implantites liées au ciment de scellement, les prothèses scellées ont encore largement la faveur des praticiens pour les restaurations sur implants. Les 5 conseils qui suivent peuvent permettre de limiter les risques liés à la procédure de scellement :

LE POSITIONNEMENT DE LA LIMITE CERVICALE

Au laboratoire, après avoir préparé le modèle de travail et coulé la fausse gencive, le prothésiste doit concevoir le pilier prothétique et plus particulièrement positionner le chanfrein cervical au niveau duquel va venir s’assoir la restauration. Cette limite doit être juxta-gingivale ou très légèrement intra-sulculaire car il a été montré que plus cette limite était profondément enfouie, plus l’élimination des excès de ciment de scellement était difficile et risquait d’être incomplète, voir impossible.
La communication avec le laboratoire doit être très précise à ce sujet et un contrôle visuel au cabinet dentaire, sur le modèle de travail et lors de l’assemblage doit permettre de valider le positionnement correct de cette limite.

LA GESTION DU PUITS D’ACCÈS A LA VIS

Il est impératif d’obturer le puits d’accès à la vis de pilier pour éviter de la noyer dans le ciment scellement. Le meilleur moyen est d’utiliser un petit morceau d’une bande de PTFE (Teflon) (disponible dans un bon magasin d’outillage). Cette bande est stérilisable et ne dégage pas de mauvaise odeur lors d’une ré-intervention. Elle est radio-opaque et facile à retirer en cas de besoin.

Moráguez OD, Belser UC. The use of polytetrafluoroethylene tape for the management of screw access channels in implant-supported prosthese. J Prosthet Dent. 2010 Mar ;103(3) :189-91

Il est important de ne pas totalement remplir le puits d’accès à la vis car l’espace laissé vacant va jouer le rôle de réservoir pour les excès de ciment, sans altérer la rétention de la prothèse.

UTILISER LA BONNE QUANTITÉ DE CIMENT

Une étude récente l’a montré : les praticiens ont tendance à utiliser trop de ciment de scellement. Gardons à l’esprit qu’entre le piler et la prothèse, la conception prothétique ne doit laisser qu’une très fine épaisseur de ciment, de l’ordre de deux couches de vernis à ongles.

Il faut pour cela appliquer le ciment sur les parois internes de la prothèse, près des bords, sans les recouvrir. Lorsque la prothèse est mise en place, le ciment va s’écouler sur le pilier en direction occlusale. Une fois qu’il atteint la table occlusale, les vecteurs de force vont le faire s’écouler en direction cervicale vers les limites prothétiques et les excès vont être expulsés.

FAIRE UNE RÉPLIQUE EN SILICONE DU PILIER

En 2012, Wadhwani et coll. ont imaginé la technique de la réplique du pilier en silicone. L’idée consiste à réaliser un « pré-scellement » en dehors de la cavité buccale afin d’extruder les excès de ciment et réduire les excès. Voici la marche à suivre :

  • Déposer le la vaseline dans l’intrados de la prothèse
  • Placer, au moyen d’une microbrush, une portion de PTFE (Teflon) dans l’intrados de la prothèse et la placer sur son pilier pour que la bande de Teflon épouse l’intrados qui va jouer le rôle d’un vernis d’espacement de 50 microns.
  • Remplir l’intrados prothétique de silicone à prise rapide. Un excès de silicone permettra de le manipuler aisément. Faire des marques d’orientation.
  • Retirer le silicone lorsqu’il est réticulé, la bande de Teflon et nettoyer l’intrados prothétique.
  • Vous obtenez une copie de du pilier prothétique, 50 microns plus petit que le pilier réel.
  • Mettre en place le pilier en bouche et le torquer correctement.
  • En dehors de la bouche du patient : charger la prothèse en ciment de scellement, introduisez le réplique du pilier dans la prothèse et éliminez les excès de ciment.
  • Retirez la réplique du pilier et inspectez l’intrados de la prothèse. Rajoutez un peu de ciment si vous voyez des zones « nues ». Scellez la couronne en bouche.

Cette technique permet de réduire les excès de ciment à leur minimum et facilite leur élimination en bouche.

UTILISER DES CORDONNETS RETRACTEURS

La technique consiste à placer 2 cordonnets dans le sulcus : un cordonnet en vestibulaire et l’autre en lingual. Les deux cordonnets seront superposés au  niveau des faces proximales. Assurez-vous de les placer apicalement à la limite prothétique du piler et éviter ainsi de les coincer sous la prothèse lorsque vous allez l’insérer. Cimenter l’intrados prothétique avec le moins de ciment possible et retirez le maximum de ciment avant de retirer les cordonnets.

Mais pourquoi 2 cordonnets ? Tout simplement pour faciliter le retrait et éviter qu’il ne se coince au niveau des zones interproximales et se déchire ce qui vous provoquerait toute la peine du monde pour le retirer.

Voici une vidéo qui résume l’ensemble de ces techniques :

(Visited 2 871 times, 4 visits today)

9 commentaires sur “Le Scellement des Prothèses Implantaires”

  1. Gina

    Pour ceux qui se demandent s’il vaut mieux sceller ou visser, Laurent Thery a publié sur les excellents blogs de l’Information Dentaire (www.idweblogs.com) un article sur le sujet : http://bit.ly/19zFnOp

    Répondre
    • thedentalist

      Merci Thierry pour cette excellente suggestion. Je l’intègre dans le texte de l’article…

      Répondre
  2. BEAL

    Bravo pour vos informations
    Toutes ces précautions pour le scellement sont importantes! mais qu’en est-il du nettoyage des pièces et notamment des inlay core transvissés lors de la pose
    Merci pour votre avis et pour en discuter

    Répondre
  3. Mathieu P.

    Bonjour The Dentalist.
    Je reviens vers cet ancien post.
    Au sujet de l’évacuation des excès de ciment.
    J’ai l’habitude de demander au prothésiste de réaliser un pertuis dans la face occlusale/palatin des CCM supraimplantaire.

    Que pensez vous de la réalisation de ce pertuis ?

    Répondre
    • thedentalist

      Bonjour Mathieu,
      En effet, cette solution est tout à fait recevable et décrite dans la littérature. Il a été montré qu’elle permettait de réduire le risque d’excès de ciment projetés dans le sulcus péri-implantaire.
      Personnellement, je ne l’utilise pas car je privilégie les prothèses vissées et si je dois sceller, je fais appel à l’une ou l’autre des autres techniques décrites dans l’article (mais cela ne veut pas dire que le pertuis ne soit pas valable!).
      Mon interrogation serait : que faire de ce pertuis par la suite? l’obturer? si oui comment? et si non, que peut-il se passer (dissolution du ciment dans les fluides?
      Merci de ton intervention.

      Répondre
  4. John

    Hello,
    Merci pour ces infos. Très intéressant.
    Quel ciment de scellement utilises tu dans la vidéo ?
    Merci.

    Répondre
    • thedentalist

      Bonjour John,
      Pour cette vidéo, j’ai utilisé un ciment de scellement provisoire en seringue auto-mélangeuse. De mémoire, il s’agissait du Temposil de chez Coltène… mais je n’en suis plus complètement sûr.

      Répondre

Réagissez à l'article

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>