Le Conférencier est-il Sérieux?

L’offre de formation continue pour les chirurgiens-dentistes a aujourd’hui atteint des niveaux incroyables. Les revues dentaires et nos boites mail débordent d’encarts promotionnels pour participer à des congrès, suivre des cycles de formations, de journées scientifiques en soirées thématiques. Le besoin de formation continue est réel et légitime – c’est même un devoir – et nous avons tous, depuis le début de notre formation initiale passé un nombre incalculable d’heures devant les présentations d’intervenants qui nous ont laissé la désagréable sensation de rester sur notre faim. Pourquoi ?

conf 1
  • LA PEDAGOGIE AUSSI S’APPREND

Bien avant les études dentaires, dès le collège, nous nous sommes tous rendus compte que les compétences pédagogiques des enseignants n’étaient pas uniformément réparties. A la fac dentaire, le constat était le même, plus frustrant encore. Enseigner requiert des compétences intellectuelles et techniques tout à fait spécifiques :

  • Une compréhension globale du sujet enseigné car comme le disait Albert Einstein : « Si vous ne pouvez pas l’expliquer simplement, c’est que vous ne l’avez pas suffisamment compris »
  • Des capacités oratoires : le conférencier peut maitriser son sujet mais être incapable de l’exprimer. Accent à couper au couteau, débit de parole frénétique, tics de langage, fautes de syntaxe… Tout cela nuit gravement à la transmission du message.
  • De l’empathie : la capacité qu’a l’enseignant à se mettre au niveau de ses interlocuteurs est un atout majeur. Or, bien souvent, on demande à des hyper-spécialistes de s’adresser à des omnipraticiens. L’intelligence émotionnelle  est malheureusement toujours aussi peu valorisée, surtout dans le monde de l’enseignement.
Cliquez ici pour découvrir quelques conseils.

  • MASSACRE AU POWERPOINT

conf 2

Le problème des supports pédagogiques est une triste réalité. Quelle insulte pour l’assistance de projeter une présentation soporifique, remplie de texte et de points clés que le conférencier va tout simplement énumérer d’une voix monocorde, diapositive après diapositive ! Ceux qui savent lire et qui survivent à ce supplice devraient manifester leur mécontentement dans  les questionnaires d’évaluation de la conférence ou à défaut par des huées.

Les ouvrages de Nancy Duarte ou de Garr Reynolds sont utiles pour construire de meilleures présentations.

  • PEDAGOGIE OU DEMAGOGIE?

Le circuit des conférenciers s’est peu à peu peuplé d’intervenants dont la seule motivation est de monter au pupitre pour frimer et montrer à quel point ils (pensent qu’ils) sont des praticiens exceptionnels. Certains ont toujours rêvé de cela et n’hésitent pas à intervenir sans recul ni clinique ni intellectuel. D’autres, plus compétents,  noient leur message pédagogique dans une revue de cas cliniques spectaculaires archi-sélectionnés, tellement léchés qu’ils en deviennent irréels. Est-ce la réalité de leurs résultats cliniques quotidiens ou bien de la science-fiction? Pourquoi aussi peu de conférences sont construites autour des échecs et des complications ? Car il faut beaucoup d’humilité et d’honnêteté intellectuelle pour présenter ses échecs. Pourtant, la richesse de l’enseignement qui pourrait en être tirée est immense.

 

  • ENSEIGNEMENT OU DIVERTISSEMENT?

Se pose alors le véritable problème du contenu des formations continues. Lorsqu’un conférencier, aussi brillant soit-il, intervient pour une conférence d’une heure, que va t-il laisser comme souvenir à son auditoire ? Le participant aura t-il appris des notions qu’il sera lui même en mesure d’appliquer dès le lendemain dans son cabinet ou bien tout cela n’aura été qu’une heure passée à se divertir en comtemplant ce qui peut se faire dans les prestigieux cabinets des grandes métropoles? La question mérite d’être posée et les conférenciers devraient aussi se la poser avant de monter sur scène.

conference

 

  • AUDITEUR PASSIF OU ETUDIANT ACTIF?

Les programmes scientifiques et les conférenciers ne changeront pas du jour au lendemain. Et parmi ces derniers, il en est de particulièrement brillants, doués et altruistes. C’est donc à l’auditeur de choisir et d’imposer sa façon de voir. Rester actif, impliqué, critique par rapport aux informations et à la littérature délivrées, choisir des programmes exhaustifs plutôt que des petites conférences à droite à gauche : voilà ce que doit garder à l’esprit celui ou celle qui souhaitent entreprendre un vrai programme d’amélioration personnelle continue en odontologie.

conference (1)

Cliquez ici pour accéder aux formations sélectionnées par The Dentalist

(Visited 66 times, 1 visits today)

2 commentaires sur “Le Conférencier est-il Sérieux?”

  1. Laraqui

    Malheureusement, il y a beaucoup d arnaque. Le matérialisme à prit le dessus et on a du mal à trouver des formations sérieuses et honnête

    Répondre
    • thedentalist

      Bonjour Laraqui,
      Oui, la formation continue connait effectivement des dérives (commerciales, auto-promotionnelle…) et il faut rester vigilant, ne pas se fier au premier venu et garder son sens critique.
      Heureusement, The Dentalist propose une sélection de formations réputées pour leur sérieux et les pour l’efficacité des compétences transmises par les conférenciers aux participants.

      Répondre

Réagissez à l'article

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>