Comment Traiter un Sourire Gingival?

2778618.image

Le sourire gingival (ou « gummy smile » en anglais) se caractérise par une exposition, supérieure à la normale, des tissus gingivaux lors du sourire.

Comment analyser cette situation?

Quelles sont les étiologies et les traitements possibles?

 

 

 

Pour aller plus loin : Technique du re-positionnement chirurgical de la lèvre supérieure par le Dr H. Benbrahim.

 

 

 

Vous souhaitez vous former à la Planification Thérapeutique? Cliquez ici.

 

(Visited 1 305 times, 1 visits today)

8 commentaires sur “Comment Traiter un Sourire Gingival?”

  1. Arcad-Dentaire

    Excellente vidéo! C’est rigolo, car ce sujet rejoins et complète celui de mes 3 derniers articles sur le diagnostic esthétique du sourire. Encore merci pour ton partage.

    Répondre
  2. Arcad-Dentaire

    Sinon, en plus des différentes options thérapeutiques envisagées ( chirurgie orthognathique, ingression orthodontique, élongation coronaire,…. en fonction des étiologies , il existe aussi des thérapeutiques (pour ce qui est des étiologies labiales) autres que la chirurgie (= résection partielle des muscles élévateurs de la lèvre supérieure): je pense à l’injection de botox avec ou non acide hyaluronique.
    Personnellement, je n’ai jamais conseillé personne sur un Lefort, une résection des muscles élévateurs des lèvres sur ni sur une injection de botox ni d’ac. Hyaluronique……
    Que pensés tu des injections? Même si elles sont de courtes duree d’action (4-6 mois), çela me paraît moins invasion…….

    Répondre
    • thedentalist

      Cher Ami,
      merci pour ton commentaire et pour les (très bonnes) questions que tu soulèves.
      L’injection de Botox est effectivement une option pour les cas d’hypermobilité de la lèvre supérieure. C’était d’ailleurs la seule option disponible avant que la technique chirurgicale de résection partielle des muscles élévateurs ne soit mise au point…
      L’inconvénient, me semble-t-il, – et tu l’as noté – est que le résultat n’est pas définitif et qu’il faille renouveler périodiquement les injections…
      Personellement, je ne pratique ni le Botox, ni la chirurgie résectrice, même si cela rentre dans la compétence des chirurgiens-dentistes, je confie cela au chirurgien plasticien.
      Concernant ton autre remarque : le but de l’article n’est pas d’amener chaque patient qui présente un sourire gingival à le corriger mais plutôt d’en comprendre les différentes étiologies. C’est en effet indispensable pour faire les bons choix thérapeutiques : faire un Lefort sur étiologie d’hypermobilité labiale ne mènera à rien; à l’inverse, un simple alignement chirurgical des collets peut facilement améliorer une situation qui relève purement de cette indication (éruption passive incomplète)…
      Le « gummy smile » reste une situation relativement rare (11% de la population générale) et parmi eux, peu de patients cherchent à y remédier. Mais si le cas se présentais à toi, j’espère que tu sauras analyser intelligemment la situation et orienter le patient vers la bonne thérapeutique. D’autre part, certains cas paro/implanto/prothèse que nous avons, toi comme moi, à traiter peuvent présenter cette particularité et là aussi, la bonne analyse de l’étiologie peut aider à prendre les bonnes décisions et surtout éviter de prendre les mauvaises!
      Concernant l’acide hyaluronique, je n’ai aucune donnée concernant son utilisation sur les sourires gingivaux…

      Répondre
  3. hugo

    Bonjour,

    Je connais quelqu’un qui a vu son sourire gingival corrigé par le traitement orthodontique de sa supraclusion…

    Comment peut-on expliquer cela ? Est-ce lié à un phénomène d’ingression ?

    Merci et bonne journée

    Répondre
    • thedentalist

      Bonjour Hugo,
      Difficile de te répondre sans avoir vu et examiné le cas avant et après traitement.
      L’étiologie du sourire gingival doit toujours être analysée si l’on souhaite le corriger: est-ce un problème de positionnement dentaire pur avec une position trop coronaire des collets? Est-ce un problème dent-gingival (phénomène d’éruption passive)? Est-ce un problème de mobilité excessive de la lèvre supérieure? Est-ce un problème de proportion/positionnement du maxillaire supérieur par rapport au reste du visage?
      Ou peut être est-ce la combinaison de plusieurs de ces facteurs?
      C’est la fiabilité du diagnostic qui conditionne la pertinence du traitement.

      Répondre
  4. hugo

    Merci de votre réponse,

    Le cas correspond à la situation de la vidéo que vous classez en « excès de croissance verticale du maxillaire » à 3:45. ll s’agissait d’une adolescente. Le traitement orthodontique avait pour objectif de corriger une supraclusion. Mais le sourire gingivale s’en est trouvé modifié.

    D’ailleurs, comment faire le diagnostic différentiel entre un probleme de positionnement dentaire pur(collets trop coronaires) et un excès de croissance verticale du maxillaire. En effet, dans le cas de la vidéo à 3:45, j’aurais hésité…

    Bonne soirée !

    Répondre
    • thedentalist

      Cher Hugo,
      Quand vous parlez de traitement orthodontique pour cette patiente adolescente : entendez-vous un traitement orthographique-chirurgical (combinaison d’une chirurgie orthognathique et d’un traitement orthodontique)?
      Pour le cas présenté dans la vidéo on visualise l’excès de croissance verticale en observant l’exposition dentaire lorsque les lèvres sont au repos. On voit une exposition importante des dents antérieures, surtout des canines. Si on choisit de repositionner les collets en direction apicale dans ce cas, on va accentuer l’effet de « dents longues » : les incisives feraient alors plus de 15mm de long : c’est beaucoup trop.

      Répondre
  5. hugo

    Bonjour,

    je parle bien d’un traitement orthodontique (sans chir orthognathique)

    Merci de vos explications

    Bonne soirée

    Répondre

Répondez à Arcad-Dentaire

Cliquez ici pour annuler la réponse.

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>