Chimiothérapie et Soins Bucco-Dentaires

Les patients malades du cancer, si la maladie n’a pas atteint un stade trop avancé, peuvent être traités par chimiothérapie ou radiothérapie. Ces traitements peuvent être très efficaces mais ils occasionnent de nombreux effets secondaires, notamment dans la cavité buccale. Les dents, le parodonte, les muqueuses buccales et les glandes salivaires peuvent tous être affectés.

Ces effets secondaires sont parfois tellement sévères et invalidants qu’ils peuvent amener le patient et ses médecins à stopper ou retarder le traitement anti-cancéreux. Le chirurgien-dentiste a donc un rôle important à jouer pour les comprendre, les gérer, les réduire voire les prévenir.


cancer-sein-radiotherapie-chimiotherapie1

Le cancer est causé par la multiplication éternelle et anarchique de cellules souches au sein des tissus. Les chimiothérapies sont des traitements médicamenteux qui permettent de bloquer les cycles de division cellulaire et qui s’avèrent efficaces sur les tumeurs touchant les tissus dont le turnover est très rapide. Malheureusement, les cellules saines sont elles aussi touchées par l’action ubiquitaire de ces traitements.

EFFETS SECONDAIRES DE LA CHIMIOTHÉRAPIE

En raison de leur action sur la moelle osseuse, les traitements de chimiothérapie provoquent :

  • Une neutropénie : c’est la diminution d’un certain type de globules blancs : les polynucléaires neutrophiles. Elle survient généralement à la deuxième semaine de traitement,   Cette diminution se traduit par une baisse des défenses immunitaires du patient, ce qui augmente le risque d’apparition d’une infection focale d’origine buccale.
  • Une anémie : c’est la diminution du nombre de globules rouges. Le patient est affaibli, pâle et essoufflé au moindre effort.
  • Une thrombopénie : c’est la diminution du nombre de plaquettes et qui augmente le risque hémorragique lors des traitements dentaires et lors des soins d’hygiène quotidiens.

L’intensité de ces effets secondaires dépend du type de chimiothérapie utilisé et de sa concentration. Mais si ces trois effets secondaires se combinent, on parle d’aplasie.

Les traitement oncologiques provoquent des effets secondaires bucco-dentaires en raison de la  complexité des liens anatomo-physiologiques qui existent entre les structures bucco-dentaires et le reste de l’organisme.

  • Mucites, aphtes
  • Infections parodontales
  • Sécheresse buccale
prostate460x276

 

BILAN BUCCO-DENTAIRE AVANT CHIMIOTHÉRAPIE

Avant de commencer une chimiothérapie, l’oncologue médical informe le patient sur la nécessité d’un bilan bucco-dentaire systématique.

Lors de ce bilan dentaire, le chirurgien-dentiste doit :

  • réaliser un examen clinique complet,
  • réaliser un  bilan radiologique complet,
  • réaliser un bilan fonctionnel et vérifier l’adaptation prothétique s’il y a lieu,
  • informer le patient sur les effets secondaires buccaux de la chimiothérapie et le motiver aux soins d’hygiène quotidiens.

Ce bilan doit être réalisé au minimum deux semaines avant le début de la chimiothérapie, période pendant laquelle seront réalisés les soins d’assainissement. Ce délai peut être modifié en accord avec l’oncologue médical en fonction :

  • du caractère urgent de la mise en route de la chimiothérapie (ex: tumeurs germinales, sarcomes),
  • de l’ampleur et du caractère plus ou moins invasif de la mise en état bucco-dentaire,
  • du caractère plus ou moins aplasiant de la chimiothérapie,
  • de l’état nutritionnel du patient.
radiographie-dentaire-tumeurs-5109_w1020h450c1

HYGIÈNE BUCCO-DENTAIRE PENDANT LA CHIMIOTHÉRAPIE

Pendant la chimiothérapie, le patient doit réaliser des soins bucco-dentaires, plusieurs fois par jour afin de prévenir les effets secondaires :

  • brossage des dents avec une brosse à dent chirurgicale 15/100 : les brosses à dents électriques sont contre-indiqués car elles risquent d’être traumatisantes pour les muqueuses et de provoquer des hémorragies.
  • nettoyage des espaces inter-dentaires : délicatement, au moyen de brossettes inter-dentaires
  • nettoyage optimal des prothèses amovibles : elles constituent des réservoirs bactériens qu’il faut éliminer. Les prothèses à châssis métalliques doivent être nettoyés avec des brosses adaptées et comprimés effervescents. Les prothèses complètes non métalliques peuvent être décontaminées au four à micro-ondes.
  • bains de bouches muco-protecteurs : Les bains de bouche au bicarbonate de sodium sont les plus adaptés. Les bains de bouche contenant de l’alcool ou de la chlorhexidine sont contre-indiqués.
  • pas de tabac, pas d’alcool
  • alimentation équilibrée

Pour aller plus loin :
Téléchargez  les recommandations de prises en charge bucco-dentaire liées aux chimiothérapie.

(Visited 2 060 times, 1 visits today)

2 commentaires sur “Chimiothérapie et Soins Bucco-Dentaires”

  1. Besson

    Très intéressant!
    Rien que la semaine dernière, 2 patientes m’ont appris qu’elles venaient de découvrir qu’elles avaient une une tumeur maligne…. Une autre à qui j’avais posé un implant en décembre 2014 qu’une découverte fortuite d’un cancer en janvier l’avait ammené a subir une intervention chirurgicale complexe suivie d’une radiothérapie. Heureusement pour elle, le pronostic est très optimiste:
    Cet article, qui je l’espère sera complété par d’autres sur ce grand sujet qui est la prise en charge des patients cancéreux, met en avant le rôle important et la responsabilité du chirurgien dentiste.
    Amicalement
    hodina

    Répondre
    • thedentalist

      Salut Hodina!
      Ton expérience révèle parfaitement l’importance de « l’onco-dentisterie » car nous avons tous des patients atteints de cancers et nous n’imaginons pas toujours l’impact positifs que peuvent avoir nos soins et nos conseils pour l’amélioration de leur qualité de vie. J’ai personnellement toujours été frappé de constater que malgré des situations cliniques graves, des pronostics réservés, des séquelles invalidantes… les patients cancéreux faisaient preuve d’une énergie et d’une attitude très positive malgré l’adversité et qui se traduit presque toujours par une relation thérapeutique privilégiée, humaine et de très grande qualité. On est loin du patient « pinailleur-jamais content » qui ne se reconnaitra pas d’ailleurs…
      Cet article sera suivi de deux autres : le premier sur la radiothérapie et le second sur les conseils spécifiques de prise en charge.
      Merci de ton passage sur le blog.
      Amitiés.

      Répondre

Réagissez à l'article

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>