Boucan Dentaire

Le chirurgien-dentiste en même temps qu’il doit s’occuper de la santé de ses patients, ne doit pas en oublier la sienne propre. Troubles musculo-squelettiques, exposition aux rayonnements ionisants, aux agents infectieux sont des grands « classiques », bien connus des praticiens. Mais l’audition des professionnels de l’art dentaire est également menacée…

LE BRUIT CET ENNEMI

La perception humaine des sons se fait par la transformation des ondes sonores en signaux électriques par les structures de l’oreille interne, puis transmises au cerveau par le nerf auditif. Les structures de l’oreille interne sont particulièrement fragiles et, en plus de subir les effets du vieillissement naturel, peuvent être endommagées par les stimulations sonores trop intenses.

On considère que l’environnement sonore devient nocif pour l’oreille humaine à partir de 90dB. Mais il faut aussi savoir que, comme beaucoup d’autres structures du corps humain, l’appareil auditif supporte mieux des agressions intenses mais de courte durée que des agressions moins intenses mais longues et fréquentes. Un bruit peut être considéré comme supportable mais peut devenir un poison s’il est répété tous les jours pendant de longues périodes.

A noter : Tous les ORL vous le diront, les cotons-tiges sont à proscrire car ils peuvent facilement pousser le cérumen au fond du conduit auditif et provoquer des bouchons. Donc, pour se nettoyer les oreilles, rien de mieux que le doigt que la nature nous a donné et justement nommé à cet effet : l’auriculaire.

LES PROFESSIONELS DENTAIRES EXPOSÉS

Que l’on soit chirurgien-dentiste, assistante dentaire ou prothésiste dentaire les agressions sonores sont nombreuses : turbine, aspirations chirurgicales, inserts à ultra-sons, compresseurs, autoclaves, usineuses, sonneries et autres alarmes…

Cliquez ici pour écouter un bruit de turbine pendant 5h non-stop.

De nombreuses études ont révélé que les étudiants en chirurgie-dentaire étaient exposés à des niveaux sonores préoccupants. Les praticiens prennent ensuite l’habitude de travailler dans un environnement phoniquement agressif exposant ainsi leurs collaborateurs les plus proches. Les prothésistes dentaires ne sont pas en reste puisque les nombreux appareils dont dispose les laboratoires sont extrêmement bruyants.

Cliquez ici pour comprendre que les bruits du cabinet dentaire peuvent provoquer des pertes irréversibles de l’audition.

COMMENT SE PROTEGER?

La solution la plus simple et la plus économique consiste à utiliser les bonnes vielles boules « Quiès » ou encore les bouchon en silicone. Ces solutions sont génériques et peu confortables pour un usage quotidien.


La meilleure solution consiste à faire réaliser des protections auditives sur-mesure et adaptées à l’environnement sonore auquel on est exposé. Pour cela, il faudra faire prendre une empreinte du conduit auditif externe et d’une partie du pavillon de chaque oreille par un audio-prothésiste. Pendant la prise du matériau il est conseillé de réaliser des mimiques faciales et des mouvements mandibulaires de grande amplitude, comme pour une empreinte anatomo-fonctionnelle, cela afin d’éviter que les futures protections ne viennent interférer avec ces mouvements.

Empreinte au silicone des conduits auditifs externes

Le choix du niveau d’atténuation sonore doit ensuite être fait. La meilleure option, privilégiée par les musiciens professionnels, est celle d’une atténuation partielle des sons permettant de continuer à distinguer ce qui se passe autour de vous et de pouvoir dialoguer.

Cliquez ici pour trouver un audio-prothésiste près de chez vous.

Après quelques jours de patience, vos protections auditives sur mesure sont enfin prêtes. Il vous seront livrées dans une boite de transport, munies d’une pince pour les accrocher à votre vêtement et un produit d’entretien.

Livraison des protections auditives avec cordon et pince pour vêtement.

 

Mise en place. Une marque rouge permet de distinguer le coté droit du coté gauche.

Portez le plus souvent possible et faites en fabriquer pour vos assistantes.

Il existe d’autres moyens de prévenir les dommages auditifs au sein du cabinet dentaire :

  • bien entretenir et lubrifier les appareils rotatifs réduit les niveaux sonores lors de leur fonctionnement,
  • maintenir une bonne posture de travail pour ne pas approcher sa tête des sources sonores,
  • veiller, si possible, à isoler les appareils ou les machines les plus bruyants,
  • isoler le local professionnel des bruits venus de l’extérieur (double voire triple vitrage),
  • choisir ses équipements également sur le plan des performances phoniques.

CONCLUSION

Les liens entre l’exposition à des agressions sonores et la dégradation de la santé psychique, physique et sociale sont désormais bien établis. La préservation de sa santé auditive en général, et à plus forte raison au travail, est logiquement devenue une priorité de santé publique. La semaine 43 est, en France, la semaine de la santé auditive au travail.

En plus des conseils donnés dans ce article, pensez aussi à :

  • protéger vos oreilles et celles des plus jeunes lors d’expositions sonores à risque : concerts, sports mécaniques, aviation…
  • faites tester votre audition par un professionnel si vous ressentez le moindre signe de baisse de votre acuité auditive,
  • sensibiliser vos proches, en particulier les plus jeunes, à la préservation du capital auditif.

A bon entendeur…

(Visited 342 times, 1 visits today)

Réagissez à l'article

Vous pouvez utiliser ces balises: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>